Précédemment à la galerie
17.04.2010 - 29.05.2010

Djamel Kokene |  « Théatre des opérations » | Galerie 

Vues d'exposition

Théâtre des opérations  est la première  exposition personnelle de l’artiste Djamel Kokene  à  la galerie  Anne  de Villepoix.

Composées d’une dizaine d’œuvres récentes, cette exposition est rythmée par un va-et-vient entre l’acte de poser le monde, de forger un passage et une série d’Échappatoires.


L’artiste Djamel Kokene déploie un ensemble de formes nous plongeant dans un univers où il est question de révolte sociale et urbaine ou plutôt, de leur mise en échec (Zigzag), de figure d’autorité (Ultralight), d’espace commun (Récit du bonheur) ou encore de croyance individuelle (Show me God), que vient contrebalancer un ensemble d’Échappatoires, sortes d’univers intérieur, mêlant situations incongrues et poétiques qui nous entraînent vers des moments distendus de la réalité. Ramenés à leur forme la plus minimale, ces Échappatoires ponctuent l’exposition et forment autant de direction.


Si l’exposition Théâtre des opérations, par son titre, semble se situer dans un registre militaire, elle évoque tout autant le lieu des opérations mentales, le bigbang qui se produit en chacun, où se produisent ces Échappatoires  tournant le dos à la justification  et à la logique de cohérence. Autant d’ensemble de formes, de fragments de la pensée, parfois intimes, que de références à l’histoire de l’art à laquelle on ne peut que succéder, ces Échappatoires forment des mondes, constituent des temps d’expérience construits au gré des circonstances et des rencontres. Tout en jouant de la limite de la construction d’une œuvre, il y a également chez Djamel Kokene le refus d’une prétention à produire une œuvre qui serait résolument originale et individuelle.  En cela, l’artiste  démultiplie  les  rôles  et revivifie  les  multiples  facettes  qui le composent. 


Théâtre des opérations réinterroge autant notre rapport à l’art que celui que nous entretenons avec le monde. Elle se propose comme un temps de réflexion et une expérience mentale, un moment de rencontre avec nous-même, notre environnement urbain, social et politique tout autant qu’une manière d’appréhender notre futur.


Dans cette exposition, et dans son travail plus généralement, Djamel Kokene privilégie une recherche hétérogène et revendique un statut protéiforme de l’artiste. De même, le nom reste trompeur et l’origine ne dit rien sur la personne. Il n’y ni arabe, ni kabyle, ni français, ni  occidental, ni maghrébin, mais tout cela à la fois, tout comme il y a Djamel Kokene  éditeur d’une revue, curateur  d’expositions, artiste,  citoyen français,  citoyen  algérien, etc. «J’aime cette idée du «je»  qui n’est  pas tant autre que plusieurs»  comme l’a  si bien transmis  Fernando Pessõa. 


Djamel Kokene  participe  à  l’exposition "New Work from France" au Studio Museum Harlem à New York du 31 mars au 2 mai 2010 ainsi qu’à la Biennale de Rennes  «Ce qui vient»  du 30 avril  au 18 juillet  2010.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Send by mail