Précédemment à la galerie
10.11.2012 - 05.01.2013

Pierre Fisher | // | Galerie 

Vues d'exposition

Anne de Villepoix est heureuse de vous présenter l?exposition de Pierre Fisher dont la première exposition personnelle a eu lieu à la galerie Lara Vincy. Pierre Fisher est un artiste diplômé de la Villa Arson, ayant entre autre exposé au 55ème salon de Montrouge et à l?édition 2012 de la foire YIA - Young International Artist.

Anne de Villepoix est heureuse de vous présenter l?exposition de Pierre Fisher dont la première exposition personnelle a eu lieu à la galerie Lara Vincy. Pierre Fisher est un artiste diplômé de la Villa Arson, ayant entre autre exposé au 55ème salon de Montrouge et à l?édition 2012 de la foire YIA - Young International Artist.

Les premiers travaux de Pierre Fisher sondent la mythologie de sa propre enfance, imprégnée de coutumes locales et de pop culture vintage ? deux éléments qu?il élève à un statut totémique. Son atelier à Senonches est une terre d?accueil pour objets perdus, jetés, abandonnés, sans valeur apparente : morceaux de livres, presse féminine et magazines de décoration d?intérieur des années 60-80, balles de Ping pong, vieux chewing-gums et figurines deviennent les ambassadeurs de son folklore urbain intime.


Là, il érige des édifices insolents, où ces readymades improbables règnent en souverains ; ces derniers deviennent les figures de proue d?exercices d?équilibre à la fois insolites, vertigineux et précaires. À travers ce jeu d?accumulation et d?amalgame, Pierre Fisher semble nous mettre en garde contre la culture frénétique mais vacillante qui nous entoure. Son travail actuel relève d?une sensibilité à la fois instinctive et anthropologique qui semble s?engager pour un genre de Pop Arte Povera Post-Moderne.


Son exposition intitulée : « // », un geste radical pouvant évoquer la parfaite parallèle que l?on retrouve sur les symboles d?Euro, Dollar et Yen, et suggérer une stabilité sans faille ? c?est cette sérénité même que Pierre choisit de fourvoyer en chamboulant le rythme de vie de la société de consommation, orchestrée par la production, l?acquisition et l?évacuation de masse. Car c?est précisément à l?autre bout de cette chaine industrielle que Pierre Fisher se positionne : si le bois est son medium de prédilection, ce n?est jamais l?élément naturel avec lequel il travaille, mais plutôt avec des planches de bois reconstituées. Si Fishly & Weiss - une influence souche dans l?univers de l?artiste - apprivoisaient la nature, Pierre Fisher, lui, dompte l?âge post-industriel.

L?artiste détourne le médium de sa fonctionnalité en ayant recours a la technique de la marqueterie classique, créant alors un contraste quelque peu brusque. Il choisit plutôt de morceler et structurer le bois dans une logique d?abstraction géométrique, pour une illusion d?équilibre marquée de dérapages imprévus et spontanés.

Les irrégularités, imperfections, cicatrices signent chaque oeuvre. Ce sont des éléments que Pierre chérie, car elles sont les témoins de sa victoire contre la machine, David contre un Goliath usinier.

Si ces premières sculptures laissaient les vis apparentes, il préfère les masquer dans ces nouvelles pièces, laissant un envers du décor intempestif, à qui ose retourner le tableau -- cet effet illusoire, de trompe l'oeil assumé est caractéristique du travail de marqueterie mais aussi de l'identité du travail de Pierre Fisher, en perpétuelle quête de la marque de l?artisan dans une société délocalisée.


Alice Pfeiffer